Une journée sous le soleil de la Jamaique

*

Une journée sous le soleil de la Jamaïque.

Montego Bay, ville de 84 000 habitants, située sur la côte nord, dans le comté de Cornwall.


Nous voici arrivés en Jamaïque, après une journée complète sur le bateau.
8h00 débarquement.
MSC croisière propose des excursions mais nous préférons découvrir la ville par nous même.
J'ai vu sur internet qu'à 15 km du centre ville se trouvait un ancien manoir géorgien hanté!
Houlala je veux voir ça en vrai.
Nous voilà donc partis pour la ROSE HALL GREAT HOUSE et sa sorcière blanche Annie Palmer.

La légende de rose hall great house.

Commençons par le commencement…
Nous sommes en 1820 et un gentilhomme nommé John Palmer s'installe dans une propriété face à la mer, à st James qu'il a eu d'un héritage.
Il fait rénover sa maison afin de fonder une famille et couler des jours heureux dans sa bicoque de luxe.
Après ça, il décide d'épouser Annie Mary Patterson, jeune et belle jeune femme de 17 ans mesurant 1.45 mètre.
Jolie petite histoire d'un jeune couple accédant a la propriété en banlieue ( limite on se croirait dans desperate housewife ) sauf que…
La routine prend le dessus (classique), la jeune femme se lasse de son mari et décide, la coquine de prendre des amants.
Elle fait donc son choix parmi les nombreux esclaves résidant à la plantation.
Forcément, au bout d'un moment, John est bien gentil mais il perd patience.
Là c'est la grosse scène de ménage à la casbah.
La décision est sans appel, il demande le divorce et exige qu'Annie prenne ses cliques, ses claques et débarrasse le plancher en acajou dés le lendemain…

Au petit matin, stupeur en la demeure, Annie est là, tout sourire, prenant tranquillement son petit dèj .
Les esclaves, présents dans la maison la veille et témoin du clash entre les époux ne furent pas dupes.
Une servante découvrit, quelques heures plus tard le corps de ce pauvre John déjà bien refroidi…

Le médecin, venu examiner le corps du défunt conclut à une mort par intoxication alimentaire, Annie fit tuer l'amant-esclave qui l'avait aidé à assassiner son mari et la vie à la plantation devint un enfer pour tout le monde…
La sorcière blanche avait pris le pouvoir...





 Annie, n'ayant aucune limite à la cruauté déborda d'imagination pour pourrir la vie de tout son personnel.
Coups de fouet jusqu'à ce que mort s'en suive, pièges à ours autour de la propriété pour éviter les déserteurs…
Les seuls esclaves trouvant grâce à ses yeux étaient ceux, qui lui permettaient d'en apprendre plus sur le vaudou, sa nouvelle passion…
Passion qu'elle pratiquait en sacrifiant des nouveaux nés car leurs os étaient beaucoup utilisés dans la magie noire.
Ou bien ceux qu'elle prenait comme amants, au gré de sa libido...pour les faire tuer dés qu'elle s'en lassait.
On raconte que dés que l'un d'eux passait dans sa couche, ses jours étaient comptés.
Une vraie mante religieuse doublée d'une perverse narcissique quoi!

Malgré sa sulfureuse réputation annie aime les sucettes heu les sucettes a l'annn  Annie réussit à se remarier 2 fois!
Ses 2 maris décédèrent dans des conditions plus que suspectes et elle empocha les héritages.
Son 2 ème mari fut poignardé et elle lui versa de l'eau bouillante dans les oreilles.
Le 3 ème fut étranglé dans son sommeil.
Sacrément tordue quand même la gonzesse!
La vie continua a ROSE HALL
Jusqu'au jour ou la sorcière,
jeta son dévolu sur le mauvais esclave.
Le jeune homme en question, était le gendre d'un des surveillants de la propriété.
Qui pratiquait lui aussi le vaudou...
Ce surveillant,
esclave affranchi et super calé en magie noire,
en eu un jour ras les dreadlocks de voir Annie tourner autour de l'amoureux de sa fille.
S'ensuivit une confrontation d'une extrême violence aussi bien physique qu'esoterique....
Personne ne sut jamais vraiment ce qu'il se passa ce soir la.
Annie et le surveillant furent retrouvé mort tout les 2 le lendemain matin.



 Mais revenons a nos moutons...

Nous voila donc,dans une navette,
qui nous conduit a cette fameuse maison hantée.
Du portail,
un bon kilomètre de marche en montée nous attend.
La maison est en haut d'une colline.
La ballade est sportive, mais agréable,
a notre gauche, un superbe golf.
A droite,
des palmiers, une belle pelouse, des fleurs... que du joli.
Après cette petite ballade, bucolique et fort sympathique,
Retour a la réalité!
Une dizaine de bus de chinois sont alignés devant l'accueil.
Tourisme de masse bonjour!
La maison hantée est victime de son succès.
On arrive malgré tout, a prendre les tickets d'entrée assez rapidement, 20 dollars par personne,
ça pique un peu mais tant pis.
Annie Palmer on arrive....
Superbe maison victorienne, avec vue sur la mer.
L'endroit est splendide.
Sur la pelouse,
des restes d'une fiesta... what the fuck on peut faire des teufs dans la maison hantée...complètement déglingués ces Jamaïquains!!
Nous apprenons, que des mariages sont organisés ici.
Super décalé comme endroit pour fêter son union!
J'adore l'idée!

La demeure,
ayant été presque entièrement détruite, au cours d'une révolte d'esclave en 1831, le mobilier n'est pas d'origine.
Elle fut racheté en 1966 par John Rollins,
qui l'a restaura dans le plus grand respect de l'époque coloniale d'antan.
Papiers peints de soie, lustres, et antiquités majoritairement européennes.
Il fit rénover, les planchers en acajou et les plafonds.
Il réussi aussi, a récupérer de la sulfureuse époque "Annie Palmer", quelques tableaux, ainsi que ce fameux miroir hanté.


Le résultat est superbe!
Les guides, expliquent très bien la légende (en anglais.),
tragique et fascinante,
de ce magnifique endroit.
Nous découvrons sa chambre,
le balcon, ou elle se rendait tout les matins,
afin d'aboyer ses ordres, ou de se délecter, du spectacle de torture de ses esclaves.
Qu'elle avait commandité!
Mais aussi sa tombe,
Imposante, dans le jardin ombragé et magnifique.

Nous avons fait la visite de jour,mais il est possible de s'y rendre la nuit pour encore plus de frissons brrrr....

En bref,
un très bel endroit,
une histoire qui fait froid dans le dos, et une plongée dans l'histoire coloniale et esclavagiste de la Jamaique.

Tous les ingrédients sont réunis pour passer un très bon moment.

Une visite a faire lorsqu'on passe par Montego Bay.


Apres 2 bonnes heures passés avec la plus grosse cinglée de Jamaïque direction le taxi, parce que moi les histoires de fantômr ca me donne faim.







Nous voila dans le quartier touristique de Montego bay.
Une rue pleine de bars, restos, plages privées et boutique de souvenir.
On a le choix pour le restau, on jette notre dévolu sur le Jimmy Buffett Margaritaville.
La façade est super colorée, la musique sympa, l'ambiance a l'air bonne et puis,
en plus de la faim,
on en a un peu marre de se faire harceler pour acheter de la beuh toutes les 2 minutes!
On a des têtes de junkies ou comment ça se passe!!
La jamaique n'a pas volée sa réputation!!!!
On entre,
On nous installe en terrasse, superbe vue sur les caraïbes,jeux gonflable et toboggans aquatiques.
Un cocktail et une bonne assiette de pollo plus tard,
nous voilà rassasié et en forme pour se faire un petit tour de toboggan et une petite sieste (avec un autre cocktail) sur la plage privée....
Et là, c'est le drame!
Quand on descend de notre jolie terrasse,
c'est pas une plage qu'on trouve,c'est un bouche d'égout!
C'est rouillé, sale,
Même pas, je tente une descente dans le toboggan!
A tout moment, on tombe sur un clou,un alligator, un jamaïquain défoncé rouillé...
Déception...!
Ça,c'est un coup a reprendre un cocktail blurp!(Je sais pas toi, mais moi, je trouve toujours  très facilement une occasions de Re boire un cocktail.)

La note elle,
A été plus dure a avaler que l'assiette de pollo (pas transcendante mais plutôt bonne ma foi.)
200 euros à 4,sans faire de grandes folies!
Ces petits malins, nous avaient comptés les taxes en double!
OK on a des bonnes têtes de touristes bien blanbecks mais quand même grrrrrr.
Après quelques négociations, on a réussi a faire enlever les taxes en sus et nous sommes partis de là, rassasiés mais deçus.
A mon avis un endroit sympa avec une jolie vue, et un repas assez bon mais qui ne mérite pas son prix exorbitant et une plage privée jolie de loin, mais loin d'être jolie (ha ha la vieille expression de mon adolescence que je suis trop contente de placer ICI.)


Petite ballade digestive dans les rues de la ville...



Là, on en prend plein les yeux.
A peine sortie de la rue touristique, pleine de bars et de plages privées, on tombe sur la plage publique.
Très clairement "Les Caraïbes version trash".
La plage, qui pourrait être superbe est un amoncellement de sacs poubelles, canettes de bière, et détritus en tout genre.
Des groupes d'adolescents, 13 ans à peine, yeux rougis, joint dans une main bières dans l'autre, traînent autour de nous.



C'est sympa, on a vu, on reviendra plus...
Nicolas Hulot n'aurais pas aimé le délire, nous non plus.
On va plutôt aller traîner du coté du centre, endroit que les croisiérites ne nous ont pas forcément conseillés.
On est 4, si on sent que ça déconne on se casse!
Il n'est que 17 heures, les rues sont bondés et les regards pas forcément bienveillants.
J'achète un magnet ( et oui mon petit délire a moi ce n'est ni les boules qui font de la neige, ni les tasses ni les bibelots mais les magnets de chaque destination visité, chacun son petit truc.)
On se ballade un peu en restant quand même sur les grandes avenues, j'imagine même pas ce que ça doit donner de nuit...
La musique reggae envahie la rue, mêlée à l'odeur de beuh, omniprésente, la réputation sulfureuse de la Jamaique n'est pas qu'un mythe, il est des endroits dans le monde qui fascinent par leur mystère et bien ces ruelles animées que l'on croise, grouillante de monde et de musique en font partie.
On aura survolé le centre ville, sans oser s'engouffrer trop loin dans les entrailles Jamaïquaines, peut être un jour, peut être accompagnés par un local de confiance, peut être est ce totalement impossible pour une Française blonde de surcroît, je n'en sais rien...
On repart direction le port, ou nous attend notre maison flottante un sentiment mitigé entre fascination et déception de cette ville sale, grouillante vibrante et encore a nos yeux tellement mystérieuse.




Et toi la Jamaïque kiff ou pas kiff? 













Commentaires

Articles les plus consultés